Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Recherche Scientifique Equipe recherche scientifique, Lycée St François-Xavier

Mouton de Panurge, légende ou réalité ?

Equipe Recherche Scientifique

           Provenant de "Pantagruel" de Rabelais, l'expression "être un mouton de Panurge" désigne l'attitude de suivre sans réfléchir qu'ont certains animaux (dont parfois l'Homme ...). Reste à savoir si les moutons méritent cette réputation.

 

                 Afficher l'image d'origine

           Tout d'abord, lorsque  l'on observe un troupeau de moutons dans un champ, on remarque une alternance de phases où ils se dispersent lentement, afin de couvrir un maximum de terrain pour brouter, et de phases où ils se regroupement précipitament.

Des scientifiques ont cherché à étudier cette dynamique et voila ce qui en résulte :

Le lien entre la dynamique globale des groupes d'animaux et le comportement des individus qui le composent est un phénomène observé depuis longtemps. Pour étudier ce phénomène chez les moutons, ils ont observé un troupeau d’une centaine de bêtes dans un champ de 80 mètre par 80 mètres et ont noté en particulier une alternance entre des comportements de dispersions lentes et de regroupements rapides. Ces derniers ont montré que le déplacement rapide d’un mouton vers ses congénères déclenche une réponse en cascade d’une partie du troupeau. Le mouton se déplace rapidement vers le centre du groupe et entraîne ses voisins dans son sillage. Le troupeau se regroupe ainsi rapidement.

En modélisant la dynamique du groupe de moutons, les chercheurs ont montré que l’élément clé est le mimétisme de comportement : les moutons adoptent l’attitude de leurs voisins proches. Ce comportement d’imitation aurait pu être sélectionné au cours de l’évolution dans la mesure où il permet de minimiser le temps de regroupement en cas de danger et maximise la surface broutée par les animaux pendant la phase d’expansion (ce qui limite la compétition pour les ressources entre les individus ).

 

Ce serait donc un avantage évolutif. En effet, un groupe trop ordonné réagirait trop lentement à une menace extérieure tandis qu’un groupe trop désordonné, où chacun ne se soucierait que de soi, ne pourrait coordonner aucune réponse efficace. L’évolution aurait donc sélectionnée des réponses individuelles permettant le meilleur compromis

Ainsi pour manger sans être mangé, le mouton se comporte comme… un mouton de Panurge

 

Gurvan

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires