Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Recherche Scientifique Equipe recherche scientifique, Lycée St François-Xavier

La cryogénisation : vers une vie éternelle ?

Equipe Recherche Scientifique

La cryogénisation n’a plus rien d’un délire de science-fiction : depuis les années 60, on congèle des corps dans l’espoir que les avancées technologiques futures nous permettront de les ressusciter. Mais 50 ans plus tard, où en est la cryogénisation ?

Illégale en France mais pratiquée aux Etats-Unis, elle a déjà séduit plus de 200 personnes dans le monde, et ce n’est qu’un début. Si cette pratique peut paraître totalement farfelue, de nombreux scientifiques sont aujourd’hui confiants. Trois professeurs de l’université d’Oxford ont d’ailleurs récemment annoncé vouloir se faire cryogéniser à leur décès, espérant des avancées significatives dans un futur proche.

La première étape du procédé, en tout cas, est au point. La cryoconservation consiste à conserver une partie ou tout un être humain, en état de mort clinique, dans l’azote liquide à une température de –196 °C. Il y a quelques années encore, il était difficile de conserver les «patients» en bon état, car la glace abîmait les tissus. Mais depuis 2004, la pratique de la «vitrification» empêche la formation de cristaux de glace. Un grand pas basé sur la nanotechnologie moléculaire.


Une fois vitrifié, le patient peut être préservé dans son état pour des siècles, en attendant sa réanimation. Mais la résurrection, ce n’est pas pour tout de suite…  L’autre partie du procédé est l’hôpital du futur, qui verra des évolutions que même les médecins d’aujourd’hui ne peuvent imaginer. Et des chercheurs y travaillent, avec des résultats relativement encourageants. Le centre de recherche californien Twenty First Century Medecine a par exemple réussi à cryogéniser un rein de lapin et à le «réanimer» en le greffant sur un autre animal. Il travaille désormais à la cryogénisation d’un mammifère entier, avec l’espoir de le réveiller vers 2030.

Pour les humains, la recherche devrait prendre beaucoup plus de temps. «Cela dépendra de la mise au point de machines de réparation cellulaire», souligne Roland Missionner, éditeur du magazine français CryonicsNews. «Mais je pense que la phase de réveil, si on y parvient, ne sera possible que dans plusieurs siècles». Pour Dennis Kowalski, le résultat escompté pourrait même avoir lieu avant : «Il y a des pronostics très optimistes de scientifiques comme Ray Kurzweil, qui pense qu’il sera possible de réanimer quelqu’un dans une petite trentaine ou quarantaine d’années. Je crois qu’au maximum, cela pourrait prendre entre 100 et 200 ans.»

Commentaires

Angelilie 23/05/2017 22:40

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte et un enchantement.N'hésitez pas à venir visiter mon blog. lien sur mon pseudo. au plaisir